La vitrine de diffusion des mémoires et thèses de l'ÉTS
RECHERCHER

BIO-RÉGÉNÉRATION DE MÉDIA ZÉOLITIQUE CHARGÉ EN AZOTE AMMONIACAL : ÉTUDE DE L’INFLUENCE DE LA SATURATION INITIALE ET DE L’ALCALINITÉ

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Robin, Pauline (2012). BIO-RÉGÉNÉRATION DE MÉDIA ZÉOLITIQUE CHARGÉ EN AZOTE AMMONIACAL : ÉTUDE DE L’INFLUENCE DE LA SATURATION INITIALE ET DE L’ALCALINITÉ. Mémoire de maîtrise électronique, Montréal, École de technologie supérieure.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (938kB) | Prévisualisation

Résumé

Au Canada, les principales sources de pollutions azotées proviennent des rejets des stations municipales de traitement des eaux usées. Plusieurs techniques existent pour enlever l’azote ammoniacal des eaux, mais peu sont efficaces dans des conditions d’eau usée froide. Bien que longs à mettre en oeuvre, les traitements biologiques sont actuellement les plus utilisés. Les travaux réalisés concernent l’étude d’un nouveau procédé couplant un échange ionique sur un média zéolitique granulaire avec une bio-régénération par nitrification biologique de ce média. Le présent projet traite de l’aspect relatif à la bio-régénération sur de la chabazite naturelle, en évaluant l’influence du taux de saturation initial en azote ammoniacal de la zéolite après échange d’ions et de la teneur en alcalinité. Les essais réalisés, menés à
l’échelle pilote avec une eau usée artificielle, ont permis de tester quatre taux de saturation initiale en azote ammoniacal de la zéolite (35, 55, 65 et 75 %) et deux teneurs en alcalinité en mode bio-régénération (1000 et 2000 mg-CaCO3/L). Des essais de maintien de la teneur en
alcalinité, qui impliquaient un réajustement régulier de sa teneur dans le temps, ont également été réalisés en complément. Par ailleurs, une comparaison a pu être effectuée entre la chabazite naturelle et une clinoptilolite artificielle.

Les résultats obtenus montrent que la saturation initiale en azote ammoniacal de la zéolite influe légèrement sur l’efficacité de la bio-régénération. En effet, les vitesses obtenues en bio-régénération sont plus importantes à 75 % de saturation qu’à 35 %. Le gain en vitesse de nitrification pour les essais à 75 % par rapport à 35 % s’établit à près de 20 %. Une alcalinité de 2000 mg-CaCO3/L présente de meilleurs résultats (5 à 8 % de gain en nitrification), tant durant les essais où elle est consommée régulièrement que pendant les essais de maintien. Par ailleurs, le maintien de la teneur en alcalinité permet d’améliorer l’efficacité de la phase de bio-régénération. En effet, une nitrification plus importante de 10 % environ est observée dans la phase linéaire avec un processus de désorption de l’ion ammonium légèrement supérieur. Enfin, quelques essais comparatifs ont permis de montrer qu’une chabazite-Na naturelle semble davantage adaptée pour le procédé qu’une clinoptilolite artificielle.

Le procédé présente globalement un bon fonctionnement et de bonnes perspectives d’applications en traitement tertiaire de l’azote ammoniacal. Toutefois, le processus de biorégénération demande encore à être étudié, notamment du point de vue du volume de milieu régénérant, mais également en ce qui a trait au devenir des nitrites-nitrates dans le milieu régénérant.

Type de document: Mémoire ou thèse (Mémoire de maîtrise électronique)
Mots-clés libres: azote ammoniacal, bio-régénération, échange d’ions, nitrification, zéolite
Directeur de mémoire/thèse:
Directeur de mémoire/thèse
Monette, Frédéric
Programme: Maîtrise en ingénierie > Génie
Date de dépôt: 03 avr. 2018 20:47
Dernière modification: 03 avr. 2018 20:47
URI: http://espace.etsmtl.ca/id/eprint/1069

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt