La vitrine de diffusion des mémoires et thèses de l'ÉTS
RECHERCHER

Conception et réalisation d'un logiciel de soutien phonétique automatisé et dégressif pour les personnes dyslexiques, allophones ou présentant des incapacités intellectuelles

Tremblay, Patrick (2015). Conception et réalisation d'un logiciel de soutien phonétique automatisé et dégressif pour les personnes dyslexiques, allophones ou présentant des incapacités intellectuelles. Mémoire de maîtrise électronique, Montréal, École de technologie supérieure.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (991kB) | Prévisualisation

Résumé

La littératie est essentielle à l’engagement citoyen et à la participation sociale. Or, une proportion significative de citoyens canadiens francophones est analphabète, ou éprouve de grandes difficultés à comprendre le français écrit. Que ce soit en raison d’une langue maternelle qui diffère de celle du milieu de vie, d’un trouble d’apprentissage ou d’une incapacité intellectuelle, il se présente des obstacles de taille contre l’accessibilité à la lecture et à l’information pour ces groupes de personnes. En effet, lire le français nécessite les habiletés à interpréter un nombre significatif de correspondances instables entre des graphèmes et des phonèmes.

En raison des caractéristiques de l’orthographe française, dans laquelle la prononciation d’un mot repose sur la capacité à effectuer l’association des graphèmes aux phonèmes, un grand nombre de personnes sont alors placées en situation de handicap dans leur milieu scolaire ou professionnel.

Ainsi, héritée d’une méthode développée par l’enseignante Dominique Rolland, le Groupe DÉFI Accessibilité (GDA) a proposé une modalité d’adaptation de texte : le soutien phonétique. À l’instar des roues d’appoint installées sur le vélo de l’enfant qui débute ses premières balades, le soutien phonétique est un mécanisme permettant de diminuer la complexité de la lecture du français. Il s’agit de superposer des archigraphèmes (la plus simple expression écrite d’un son) au-dessus des graphèmes susceptibles de poser de plus grands défis d’interprétation pour le lecteur, le plaçant ainsi potentiellement en situation de handicap. Par exemple, l’archigraphème « o » serait inscrit au-dessus des graphèmes « eau » et « ault ». De plus, les lettres muettes sont estompées en gris.

Diminuant la complexité de l’interprétation des graphèmes complexes du français écrit pour ces personnes, cette modalité d’adaptation de textes facilite la tâche, et permet alors à certains groupes de personnes d’acquérir les habiletés alphabètes en vue de devenir autonomes.

Or, le traitement manuel d’ajout du soutien phonétique aux documents de format Microsoft Word demande un temps considérable. Dans un contexte où le Groupe Défi Accessibilité souhaite produire des manuels scolaires adaptés avec le soutien phonétique, cet effort est trop coûteux pour assurer la viabilité de ce projet : 416 heures pour adapter un manuel scolaire.

Cette recherche vise subséquemment à déterminer s’il est possible d’automatiser cette tâche avec un taux d’erreur de moins de 10%. Parallèlement, la recherche doit établir si un système de gestion de dossiers pourrait permettre de rendre l’ajout de soutien phonétique dégressif, afin de réduire la densité du soutien phonétique ajouté aux textes en fonction des habiletés de la personne à associer les graphèmes aux phonèmes.

En utilisant un corpus d’entraînement de dix textes du manuel scolaire Signet 3e année, adaptés au soutien phonétique par le GDA dans le cadre de la thèse de Mme Judith Beaulieu, les règles d’interprétation d’un moteur phonétique et de différentes composantes d’un système ont été raffinées et adaptées. C’est ensuite un second corpus de sept textes, aussi tirés du manuel scolaire Signet (3e année), et fournis par Mme Judith Beaulieu, qui ont été utilisés pour valider le taux et les catégories d’erreurs du modèle d’interprétation phonétique du logiciel.

Les disciplines du génie du logiciel et les outils de conception d’architecture de systèmes ont permis de bâtir un prototype intégré dans un nouveau module d’extension du logiciel Word, de Microsoft. Les résultats indiquent que le soutien phonétique peut être automatiquement ajouté avec un taux de 2,56% d’erreur, tout en optimisant le temps de l’opération, car la durée du traitement manuel conventionnel est estimée à 15 minutes par page.

Titre traduit

Design and development of automated and degressive phonetic support software for dyslexic, allophone or intellectually disabled people

Résumé anglais

Literacy is essential for civic engagement and social participation. Yet a significant proportion of French-speaking Canadian citizens are illiterate or experience great difficulty in understanding written French. Whether it is because their native language differs from the one used in their living environment, or because of a Learning or intellectual disability, major hurdles exist in gaining access to reading and to information for these groups of people. Indeed, reading French requires skills in interpreting a significant number of unstable correspondences between graphemes and phonemes.

Due to the specificities of French spelling, in which the pronunciation of a word is based on the ability to associate graphemes with phonemes, a large number of people find themselves at a disadvantage in their educational or professional setting.

Thus, from a method initially developed by the teacher Dominique Rolland, the Groupe DÉFI Accessibilité (GDA) has put forward a method for textual adaptation: phonetic support. Just as training wheels are mounted on a child’s bicycle for his or her first rides, phonetic support is a mechanism that helps reduce the complexity of reading in French. It entails superimposing archigraphemes (the simplest written form of a sound) above the graphèmes that the reader has difficulty associating to the phonèmes and which potentially place them at a disadvantage. For example, the archigrapheme “o” would be written above the graphèmes “eau” and “ault”. In addition, silent letters are faded to grey.

By easing the interpretation of complex graphemes of written French, this adaptation method simplifies the task and allows certain groups of people to acquire the literacy skills needed to become autonomous.

Yet, the manual process of adding phonetic support to documents in Microsoft Word format requires considerable effort. Considering that the Groupe Défi Accessibilité wishes to produce educational textbooks adapted with phonetic support, such effort is too costly to ensure the viability of the project: 416 hours to adapt a textbook.

Consequently, this research aims to determine if it is possible to automate this task with an error rate below 10%. Furthermore, this research must establish whether a file management system can allow for the inclusion of degressive phonetic support, which would decrease the density of phonetic support included in the texts according to the person’s skills in associating graphemes to phonemes.

By using a training corpus comprised of ten texts from the grade 3 textbook Signet, adapted with phonetic support by the GDA as part of Mrs. Judith Beaulieu’s thesis, the rules of interpretation of a phonetic engine and of different components of a system have been refined and adapted. A second corpus of seven texts, also drawn from the Signet textbook (grade 3) and supplied by Mrs. Judith Beaulieu, was then utilized to validate the error rate and the categories of the software’s phonetic interpretation model.

Software engineering and system architecture design tools have made it possible to build a prototype integrated into a new Microsoft Word plug-in module. The results indicate that phonetic support can be added automatically with an error rate of 2.56%, all the while optimising the operation time, since conventional manual processing time is estimated at 15 minutes per page.

Type de document: Mémoire ou thèse (Mémoire de maîtrise électronique)
Renseignements supplémentaires: "Mémoire présenté à l'École de technologie supérieure comme exigence partielle à l'obtention de la maîtrise en génie concentration personnalisée". Bibliographie : pages 139-142.
Mots-clés libres: Lecture Méthode phonétique Logiciels. Transcription phonétique Automatisation. Logiciels d'application Développement. Reconnaissance de caractères (Informatique) Difficultés en lecture. automate, apprentissage, graphèmes, phonèmes.
Directeur de mémoire/thèse:
Directeur de mémoire/thèse
Bourque, Pierre
Co-directeurs de mémoire/thèse:
Co-directeurs de mémoire/thèse
Langevin, Jacques
Programme: Maîtrise en ingénierie > Génie
Date de dépôt: 27 juill. 2015 16:09
Dernière modification: 27 juill. 2015 16:09
URI: http://espace.etsmtl.ca/id/eprint/1479

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt

Statistique

Plus de statistique...