La vitrine de diffusion des mémoires et thèses de l'ÉTS
RECHERCHER

Traitement des eaux usées municipales par phanerochaete chrysosporium

Diakité, Madjiguène Lalaïssa Oumarou (2016). Traitement des eaux usées municipales par phanerochaete chrysosporium. Mémoire de maîtrise électronique, Montréal, École de technologie supérieure.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB) | Prévisualisation
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (677kB) | Prévisualisation

Résumé

La présence de nombreux micropolluants récalcitrants identifiés dans les rejets d’effluents cause des préoccupations de plus en plus croissantes. Bien qu’il existe diverses méthodes de traitements, celles-ci sont cependant économiquement pas viables. C’est dans ce cadre que s’inscrit cette présente étude dont le but est de développer une stratégie biotechnologique (mycoremédiation) économiquement viable, écologique et efficace afin d’assurer l’assainissement des eaux usées domestiques ainsi que l’élimination de ces micropolluants. Cette technique relativement récente consiste à exploiter la capacité de certains champignons à dégrader une large gamme de polluants grâce aux enzymes qu’elles sécrètent. Dans la présente étude, le champignon de la pourriture blanche Phanerochaete chrysosporium a été utilisé pour la fabrication de greffons afin de produire une qualité d’effluents acceptable avant leur rejet dans le milieu récepteur.

La première partie du protocole expérimental a consisté à cultiver Phanerochaete chrysosporium sur divers support de formes et de matières différentes. Le polyuréthane et le polyéthylène ont accusé une meilleure croissance. Cependant, le choix s’est porté sur les pastilles de Dégrémont, car le polyuréthane et le polyéthylène étaient trop volumineux. La seconde partie a évalué l’efficacité du traitement fongique sur une eau usée municipale au moyen de différents tests (DCO, DBO5, MES, Phosphore, Azote etc.) et sous différentes conditions de cultures (pH, température etc.). Il ressort au terme des expériences que les milieux traités avec les greffons présentent une meilleure qualité que les milieux traités uniquement avec Phanérochaete chrysosporium. La troisième partie de l’étude a porté sur la quantification de la production enzymatique (MnP et LiP) avec et sans support afin d’observer l’effet du support sur cette production. Les résultats indiquent des abattements de DCO et de DBO5 de 98 % et 97 % respectivement. Une diminution des MES de 44% est également observée. Les résultats montrent également que les greffons de pastilles de Degrémont amélioreraient la production enzymatique et qu’ils auraient également la capacité de s’opposer à la variation de pH. Le criblage permettant de déterminer les limites du procédé indique que 50 à 75 greffons, un pH de 4,5 à 5,5 et une température de 25°C à 35°C sont nécessaires pour un meilleur traitement fongique. Au delà et en dessous de ces valeurs, le traitement n’est plus aussi efficace.

Titre traduit

Municipal wastewater treatment by P.chrysosporium

Résumé traduit

The presence of many recalcitrant micro-pollutants identified in the effluent discharge because of concerns increasingly growing. Although there are various methods of treatment, those are not economically viable. In this context, this article aimed to develop a biotechnology strategy (mycoremediation) economically viable, environmentally friendly and efficient to ensure sanitation for domestic wastewater and removal of micropollutants. This relatively new technique focus on the ability of fungi to degrade a wide range of pollutants through the enzymes they secrete. In this study, the fungus white rot Phanerochaete chrysosporium was used for the manufacture of grafts to produce an acceptable quality of effluent prior to discharge into the receiving environment.

The first part of the experimental protocol was to cultivate Phanerochaete chrysosporium on several media of different shapes and materials. Polyurethane and polyethylene showed a better growth. However, the choice fell on the pellets of Degrémont because polyurethane and polyethylene were too large. The second part has analyzed the fungus treatment effectiveness on wastewaters through several tests (COD, BOD 5, TSS, Phosphorus, nitrogen etc.) and under different culture conditions (pH, temperature etc.). It appears at the end of this experience that the treated areas with grafts show a better quality than the treated areas only with Phanerochaete chrysosporium. The third part focused on quantifying the enzymatic production (MnP and LiP) with and without carrier to observe the effect of the media on this production.The results indicate a reduction of COD and BOD5 respectively 98 % and 97 % and lower 44 % TSS is also observed. These results also indicate that the pellets would improve the enzyme production and they also have the ability to oppose the change in pH. Screening to determine the limits of the process indicates that 50 to 75 grafts, pH 4.5 to 5.5 and a temperature of 25 ° C to 35 ° C are necessary for a better fungal treatment. Above and below these numbers, the treatment was not as effective.

Type de document: Mémoire ou thèse (Mémoire de maîtrise électronique)
Renseignements supplémentaires: "Mémoire présenté à l'École de technologie supérieure comme exigence partielle à l'obtention de la maîtrise avec mémoire en génie de l'environnement". Bibliographie : pages 81-87.
Mots-clés libres: Eaux usées Épuration Traitement biologique. Eaux usées ménagères. Champignons Biotechnologie Développement. Biomatériaux Microbiologie. chrysosporium, enzyme, ligninolytique, phanerochaete, assainissement, eaux usées municipales, mycorémédiation, fixation
Directeur de mémoire/thèse:
Directeur de mémoire/thèse
Hausler, Robert
Programme: Maîtrise en ingénierie > Génie de l'environnement
Date de dépôt: 07 mars 2017 17:33
Dernière modification: 07 mars 2017 17:33
URI: http://espace.etsmtl.ca/id/eprint/1830

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt

Statistique

Plus de statistique...