La vitrine de diffusion des mémoires et thèses de l'ÉTS
RECHERCHER

Évaluation de la mesure de l’empreinte environnementale urbaine en fonction de la capacité de charge de la Terre

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Vigier, Marie (2022). Évaluation de la mesure de l’empreinte environnementale urbaine en fonction de la capacité de charge de la Terre. Mémoire de maîtrise électronique, Montréal, École de technologie supérieure.

[thumbnail of VIGIER_Marie.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

La demande globale en ressources de nos sociétés surpasse actuellement la capacité de charge de la Terre (CCT), définie comme la limite de pression anthropique que notre écosystème peut supporter dans le cadre de ses capacités de régénération et d’assimilation. Représentant une part significative des dégradations environnementales globales, les villes sont considérées comme pouvant catalyser une transition vers un réel état de soutenabilité. Cependant, pour pouvoir y arriver de manière efficiente, les décideurs urbains doivent pouvoir s’appuyer sur des outils de mesure systémiques qui correspondent à leurs réalités d’action et leur permettent d’orienter la mise en place de politiques publiques qui favorisent l’atteinte de l’objectif d’Une Planète (soit le respect de la CCT). Ce mémoire s’interroge donc sur les outils existants qui permettent ce lien entre théorie et pratique, sur le rôle qui est aujourd’hui accordé à la CCT par les planificateurs urbains, et sur l’état de durabilité environnementale des villes à hauts-revenus ayant le plus réduit leur impact, par rapport à la CCT. Dix cadres d’évaluation et quatre indicateurs de soutenabilité ont été identifiés comme compatibles avec l’objectif d’Une Planète et aptes à mesurer les principaux flux urbains. La soutenabilité est principalement considérée selon le prisme climatique à l’échelle urbaine, et les standards d’évaluation existants manquent de compréhensibilité, ce qui conduit à une sous-estimation de l’empreinte environnementale totale des villes. Pour sélectionner et analyser les villes cheffes de file en matière de réduction d’impact, les critères suivants ont été utilisés : l’atteinte d’une réduction absolue des émissions de GES supérieure à 15 % sur la période 1990-2020, et l’intention de réduction/engagement envers la durabilité au travers de l’appartenance active à des groupes de transfert de connaissances environnementaux spécifiques (comme le C40 ou le Carbon Neutral Cities Alliance). Vingtquatre villes ont été identifiées, dont les réductions de GES depuis 1990 varient entre 24-49 %, ce qui est entre 2-4 fois inférieur à ce qui est requis par les villes à hauts-revenus d’ici 2050 pour pouvoir atteindre le respect de la CCT. Pour parvenir à une «vie selon une seule planète», les villes doivent faire face à leur surconsommation en utilisant des outils systémiques qui intègrent la notion de CCT et considèrent les émissions indirectes liées à la consommation urbaine. Différents freins à cette approche ont été identifiés, de caractère pratique, économique, culturel et géopolitique, et doivent être pris en compte pour favoriser la diffusion de la CCT comme critère ultime de soutenabilité. L’atteinte d’un état global respectueux de la CCT est l’affaire de tous. Ainsi, l’établissement d’objectifs spécifiques de réduction, basés sur des notions de collaboration et de partage d’effort, doit être encouragé afin de garantir une transition environnementalement efficace et socialement juste.

Titre traduit

Evaluation of urban environmental footprint measurement in accordance with the Earth’s carrying capacity

Résumé traduit

Our global demand for resources currently exceeds the Earth’s carrying capacity (ECC), defined as the limit of anthropogenic pressure that our ecosystem can withstand within its regenerative and assimilative capacities. Representing a significant share of global environmental degradation, cities are seen as having the potential to catalyze a transition to a truly sustainable state in compliance with ECC. However, in order to do so, urban decision-makers must rely on robust measurement tools representing the complex dynamics or urban systems to guide their actions. This paper asks what tools exist to bridge this gap between theory and practice, what role urban planners are now giving to the ECC, and what the sustainability status of high-income reductionleading cities is in relation to the ECC. Ten assessment frameworks and four sustainability indicators were identified as compatible with the One Planet goal and adapted to measure key urban flows. Sustainability is primarily considered through the lens of climate at the urban scale, and existing assessment standards lack comprehensibility, leading to an overall underestimation of cities’ total environmental footprint. To select and analyze the leading cities in impact reduction, we used the following criteria : achievement of an absolute GHG emission reduction greater than 15 % over the period 1990-2020, and intentionality/commitment to sustainability through active membership in specific environmental knowledge transfer groups. Twenty-four cities were identified whose GHG reductions since 1990 range from 24-49 %, which is between 2-4 times lower than what is required by high-income cities by 2050 to reach the goal of living within ECC. To achieve a "one-planet life", cities must address their overconsumption using systemic tools that incorporate the notion of ECC and consider indirect emissions related to urban consumption. Various obstacles to this approach have been identified, of a practical, economic, cultural and geopolitical nature, and must be taken into account in order to promote the wider use of ECC as the ultimate goal of sustainability. Achieving a global state that respects ECC is everyone’s concern. Hence, the establishment of specific reduction targets, based on collaboration and effort-sharing approaches, must be promoted to ensure an environmentally efficient and socially just transition.

Type de document: Mémoire ou thèse (Mémoire de maîtrise électronique)
Renseignements supplémentaires: "Mémoire par articles présenté à l’École de technologie supérieure comme exigence partielle à l’obtention de la maîtrise avec mémoire en génie de l’environnement". Comprend des références bibliographiques (pages 149-172).
Mots-clés libres: capacité de charge de la terre, soutenabilité urbaine, indicateur de soutenabilité, approche systémique, limites planétaires
Directeur de mémoire/thèse:
Directeur de mémoire/thèse
Ouellet-Plamondon, Claudiane
Programme: Maîtrise en ingénierie > Génie de l'environnement
Date de dépôt: 22 juin 2022 16:56
Dernière modification: 22 juin 2022 16:56
URI: https://espace.etsmtl.ca/id/eprint/3017

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt